TransLittérature est une revue semestrielle éditée par l'Association des traducteurs littéraires de France (ATLF). Réalisée par des praticiens de la traduction, elle s'est fixé pour but de livrer une réflexion sur le métier de traducteur et d'élaborer un discours sur cette activité. A côté d'articles de fond, on y trouve des entretiens, des témoignages qui rendent compte de la diversité de l'exercice de ce métier, ainsi que des comptes rendus des événements et des publications qui s'y rapportent.
TransLittérature a été créée en mai 1991. Depuis sa création, quelque 350 traducteurs ont pu s'y exprimer. La revue continue de paraître deux fois par an en version papier. Elle est diffusée auprès des adhérents de l’ATLF, mais il est également possible de s'y abonner (voir Bulletin d'abonnement). La version numérique du dernier numéro est mise en ligne sur ce site un an après sa parution.


Un aperçu des différentes rubriques :

— Côte à côte : rubrique de traduction comparée qui confronte, pour un même extrait de roman, théàtre ou poésie, plusieurs traductions existantes, avec pour effet de soulever de nombreuses questions passionnantes (par exemple : les traductions les plus récentes sont-elles toujours les meilleures ?).

— Journal de bord : partant d'exemples concrets, un traducteur livre ses réflexions, ses doutes, ses impressions et ses trouvailles à mesure qu'il progresse dans un travail.

— Traducteurs au travail : la revue s'invite dans l'atelier d'un traducteur chevronné et reconnu, l'interroge sur son parcours, sa façon de travailler surtout, en insistant là aussi sur les aspects les plus concrets de ce travail.

— Ils traduisent, ils écrivent : une fois par an, nous publions un long entretien avec un traducteur professionnel également écrivain.

— Tribune : un espace où les traducteurs peuvent exprimer un point de vue personnel, défendre une thèse individuelle, toujours en rapport avec l'exercice de leur métier.

— Dossiers : cette rubrique regroupe plusieurs contributions autour de thèmes divers (« Traduire pour la jeunesse », « Les collèges pour traducteurs », « Les traducteurs et la Bible », « Traduire en images », etc.).

— Traduire hier : dans cette rubrique, nous publions des textes anciens sur la traduction et le métier de traducteur.

— Parcours : cette rubrique présente l'itinéraire d'un traducteur / d'une traductrice, dont le travail a contribué à la reconnaissance et à la valorisation de notre métier.

— Formation : la revue fournit des axes de réflexion sur la formation au métier de traducteur et rend compte des différents projets éducatifs, universitaires et autres, qui ont vu le jour ces dernières années, en France et dans d'autres pays d'Europe.

— Profession : cette rubrique contribue à dresser un état des lieux de la profession, en France et dans les autres pays d'Europe. On y aborde des questions d'ordre juridique (contrats, droits moraux), économique (droits financiers, rémunération), éditorial (relations avec les éditeurs, place des traducteurs dans la chaîne du livre), etc.

— Colloques : la revue rend compte des différentes rencontres ayant trait à la traduction, colloques universitaires mais aussi conférences, tables rondes et ateliers autour de la traduction. Cette rubrique se fait aussi l'écho détaillé des Assises de la traduction à Arles ainsi que des Journées de printemps d'ATLAS, dont les différents ateliers et conférences font l'objet de comptes rendus.

— Lectures : recensions d'ouvrages et d'actes de colloques concernant la traduction.



S’abonner à TransLittérature

À LIRE DANS LE NUMERO 52

DOSSIER ALLEMAGNE
CÔTE À CÔTE : Nietzsche, Ainsi parla(it) Zarathoustra
SUR LE MÉTIER : Des auteurs venus d’ailleurs

LA CHAÎNE DU LIVRE : D’un pays l’autre

RÉDACTION

Directeur de la publication
Michel Volkovitch

Responsable éditoriale
Laurence Kiefé

Coordinatrice éditoriale
Nicole Thiers

Comité
Marie-Anne de Béru
Hélène Boisson
Marie-Françoise Cachin
Étienne Gomez
Marie Hermet
Laurence Kiefé
Jacqueline Lahana
Christophe Lucchese
Maïca Sanconie
Nicole Thiers
Michel Volkovitch


Publié avec le soutien du Centre national du livre